Des fosses de 7000 ans à Tainiaro pourraient être le site de cimetière de l’âge de pierre le plus septentrional

Des fosses de 7000 ans à Tainiaro pourraient être le site de cimetière de l’âge de pierre le plus septentrional

Une des fosses de Tainiaro
Photo: Tuija Laurén, Finnish Heritage Agency, Antiquity Publications Ltd.

Les fosses, datant de près de 7000 ans, découvertes sur le site archéologique de Tainiaro dans le nord de la Finlande, pourraient-elles être considérées comme le cimetière de l’âge de pierre le plus septentrional ? Une nouvelle étude explore cette possibilité.1

Tainiaro est un site archéologique situé sur les rives de la rivière Simojoki, au sud de la Laponie finlandaise, à seulement 80 kilomètres (environ 50 miles) sous le cercle polaire arctique. Ce site, situé dans les vastes forêts boréales de Finlande, a été découvert par hasard par des ouvriers creusant du sable en 1959. Cependant, les premières fouilles archéologiques et les études approfondies du site ont été menées trente ans plus tard.

Tainiaro est un site archéologique situé sur les rives de la rivière Simojoki, au sud de la Laponie finlandaise, à seulement 80 kilomètres (environ 50 miles) sous le cercle polaire arctique. Ce site, situé dans les vastes forêts boréales de Finlande, a été découvert par hasard par des ouvriers creusant du sable en 1959. Cependant, les premières fouilles archéologiques et les études approfondies du site ont été réalisées trente ans plus tard.

La majorité des découvertes de Tainiaro sont constituées d’objets en pierre et de pierres brutes, avec une petite partie composée de céramiques et d’os d’animaux brûlés.

Tainiaro
Tainiaro
Photo: Aki Hakonen, Antiquity Publications Ltd.

Après un examen attentif des dessins de terrain issus de fouilles précédentes, les chercheurs ont identifié 127 fosses potentielles de formes diverses à Tainiaro. La majorité des fosses rectangulaires ont livré des fragments lithiques et des ossements d’animaux brûlés. De plus, des traces de peinture ocre rouge ont été trouvées en petites quantités dans 23 des fosses.

L’acidité inhérente du sol dans le nord de la Fennoscandie présente un défi important pour la préservation des matières organiques sur de longues périodes. Dans cet environnement, les restes organiques comme les dents et les os durent rarement au-delà de quelques millénaires. En conséquence, mener des analyses ostéoarchéologiques approfondies sur de tels restes organiques dans cette région particulière devient particulièrement complexe et limité.

La fragilité de la matière organique dans cet environnement crée une lacune importante dans la capacité d’examiner directement les vestiges biologiques anciens. Par conséquent, les chercheurs et les archéologues travaillant dans le nord de la Fennoscandie ont souvent recours à des méthodologies alternatives pour faire avancer leurs hypothèses et leurs interprétations. L’analyse comparative constitue une approche clé utilisée pour combler cette lacune dans l’examen direct. En exploitant les données disponibles et en faisant référence à des découvertes archéologiques similaires provenant d’autres régions ou périodes présentant des conditions de préservation plus favorables, les chercheurs peuvent établir des parallèles et tirer des inférences pour étayer leurs hypothèses. C’est précisément ce qu’ont fait des chercheurs dans une étude publiée dans Antiquity la semaine dernière.

Selon l’étude menée par Aki Hakonen, Noora Perälä, Samuel Vaneeckhout, Jari Okkonen du Département d’archéologie de l’Université d’Oulu, ainsi que par la chercheuse indépendante Tuija Laurén, il est proposé que Tainiaro soit considéré comme un site de cimetière. Les chercheurs affirment que cette conclusion a été tirée sur la base de comparaisons morphologiques et d’une réévaluation des résultats existants.

Plus précisément, les fosses contenant de l’ocre rouge à Tainiaro correspondent en taille aux dimensions moyennes des autres tombes contenant de l’ocre en Finlande. Selon les chercheurs, en considérant les tombes pouvant accueillir plus d’une inhumation, une corrélation plus prononcée apparaît entre les fosses trouvées à Tainiaro et les lieux de sépulture d’autres cimetières d’Europe du Nord.

Âge de pierre dans le nord de la Fennoscandie

La Fennoscandie fait référence à la région géographique de l’Europe du Nord, englobant la péninsule scandinave, la Finlande et la péninsule de Kola en Russie. Géologiquement, il est souvent associé au Bouclier Baltique, une vaste zone de roches précambriennes exposées.2

Fennoscandia
Fennoscandie

Dans les premières périodes de la Fennoscandie, les gens subvenaient à leurs besoins grâce à des activités de chasse et de cueillette. Les découvertes archéologiques indiquent qu’au cours de cette période, les gens ont développé des techniques de chasse et se sont livrés à la chasse à l’aide d’outils en pierre. Cependant, on sait que les établissements permanents étaient limités à cette époque et que les gens menaient généralement un mode de vie nomade.

Avec le retrait de la période glaciaire, pendant la période mésolithique, les habitants de Fennoscandie ont continué à vivre de la chasse et de la cueillette. À cette époque, les habitants des régions du nord se distinguaient par des groupes saisonniers de chasseurs-cueilleurs-pêcheurs. Ces groupes subvenaient à leurs besoins grâce aux ressources naturelles.

Des preuves archéologiques révèlent qu’au cours de la période mésolithique, les gens ont développé des techniques de chasse et utilisé des outils distinctifs pour la pêche, en plus des outils en pierre.

La région a connu d’importants changements au cours de la période néolithique. Les habitants du nord de la Fennoscandie ont commencé à construire des résidences permanentes et à montrer des signes de sédentarisme à cette époque. L’utilisation accrue de la poterie et l’émergence d’unités d’habitation permanentes comme les villages sont des caractéristiques notables de la période néolithique.

  1. Hakonen, A., Perälä, N., Vaneeckhout, S., Laurén, T., & Okkonen, J. (2023). A large fifth-millennium BC cemetery in the subarctic north of the Baltic Sea? Antiquity, 97(396), 1402-1419^
  2. GORBATSCHEV, Roland; BOGDANOVA, Svetlana. Frontiers in the Baltic shieldPrecambrian Research, 1993, 64.1-4: 3-21^
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments