Les sous-disciplines de l’archéologie

Les sous-disciplines de l’archéologie

L’archéologie est l’une des disciplines qui travaille sur la base de preuves pour éclairer l’histoire humaine et découvrir les anciennes civilisations. Le terme trouve son origine dans la combinaison des mots grecs « arkhaios » (ancien) et « logos » (science, connaissance). Les archéologues explorent le passé en étudiant les vestiges archéologiques afin de comprendre les modes de vie, les croyances, les technologies et les structures sociales des civilisations disparues. À travers ces vestiges, ils éclairent les histoires des sociétés et des cultures, reconstituant les récits de notre passé collectif.

Le développement historique de l’archéologie


Aux débuts de l’archéologie, il existait un intérêt fervent pour déterrer des vestiges des anciennes civilisations. Les XVIIIe et XIXe siècles ont vu une montée remarquable de la fascination pour les cultures anciennes de la Grèce et de Rome au sein des sociétés occidentales. Cette époque a marqué le début de vastes fouilles archéologiques dans des régions riches en importance historique, incluant principalement des sites tels que Pompéi et Herculanum. Ces fouilles ont non seulement propulsé l’archéologie au premier plan, mais ont également suscité un enthousiasme généralisé pour approfondir les annales du monde antique.

Cependant, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, le champ de l’archéologie a dépassé les limites de se concentrer uniquement sur les domaines de la Grèce et de Rome. Les archéologues ont commencé à porter leur attention sur des civilisations dispersées à travers le globe. Ils se sont lancés dans des explorations et des fouilles dans des régions diverses telles que la Mésopotamie, l’Égypte, l’Anatolie et l’Amérique centrale. Ces entreprises ont produit une multitude de découvertes qui ont considérablement enrichi notre compréhension des époques préhistoriques, tout en confirmant l’existence de civilisations connues jusqu’alors seulement à travers des récits historiques.

La discipline de l’archéologie a fait d’importants progrès en parallèle avec l’évolution continue des méthodes scientifiques. Les développements technologiques, tels que la datation par le radiocarbone, ont fourni aux archéologues la capacité d’établir la séquence chronologique des découvertes archéologiques avec une plus grande précision. Ces avancées ont facilité une détermination plus précise des âges des artefacts et des sites.

De plus, de nouvelles technologies telles que les méthodes géophysiques et la cartographie numérique ont joué des rôles cruciaux dans l’identification et l’examen des sites archéologiques. Ces outils permettent aux archéologues de cartographier les paysages avec une précision et une efficacité accrues, facilitant la découverte et l’analyse de vestiges enfouis ou cachés des anciennes civilisations. L’intégration de ces technologies innovantes a grandement enrichi le domaine de l’archéologie, permettant une exploration et une interprétation plus complètes de notre passé humain.

Les méthodes utilisées dans les études archéologiques

Les études archéologiques requièrent un processus systématique suivant des étapes spécifiques, englobant diverses phases allant de l’identification des sites archéologiques aux fouilles, à l’analyse des découvertes et à l’interprétation des résultats.

Relevés sur le terrain et détection des sites archéologiques

Les investigations archéologiques débutent généralement par des relevés sur le terrain. À cette étape, différentes techniques telles que l’analyse cartographique, les méthodes géophysiques, la photographie aérienne et les observations sur place sont utilisées pour identifier et examiner les sites archéologiques potentiels. Les chercheurs se rendent sur le terrain afin de délimiter les zones associées à d’éventuels vestiges archéologiques et mènent des examens détaillés dans ces régions.

Fouilles et études systématiques

Suite à l’identification des sites potentiels, les archéologues planifient et exécutent méticuleusement les travaux de fouille. Les fouilles impliquent des efforts minutieux pour déterrer et documenter les vestiges archéologiques enfouis sous terre. Des zones de fouille désignées sont ouvertes de manière systématique selon une stratégie et un système définis, puis examinées couche par couche. Ces couches représentent des vestiges de différentes périodes à travers le temps, chacun étant consciencieusement enregistré en détail.

Documentation des découvertes et analyses en laboratoire

Les découvertes mises au jour lors des fouilles sont méticuleusement documentées et enregistrées. Ces découvertes peuvent inclure des fragments de céramique, des objets en métal, des os, des vestiges structuraux anciens et divers artefacts. La documentation implique des mesures, des photographies, des dessins et des enregistrements écrits. Ensuite, des analyses détaillées de ces découvertes sont menées en laboratoire. Des analyses matérielles, la datation par le radiocarbone, la dendrochronologie (datation par les anneaux de croissance des arbres), les études paléobotaniques et archéobotaniques sont utilisées pour effectuer des examens plus approfondis des artefacts.

Interprétation des découvertes et présentation

Après l’analyse des données acquises, débute la phase d’interprétation des découvertes. Les archéologues évaluent les trouvailles excavées dans des contextes historiques et culturels plus larges. Au cours de cette phase, les découvertes archéologiques sont comparées à d’autres données scientifiques, fournissant de nouvelles perspectives sur les modes de vie, les structures sociales et les avancées technologiques des civilisations passées. Enfin, le rapport et le partage des découvertes au sein de la communauté scientifique sont cruciaux pour garantir que les informations acquises soient vérifiables et accessibles. Cette diffusion contribue à la validation et à l’accessibilité des connaissances obtenues.

Les relations interdisciplinaires de l’archéologie avec d’autres disciplines

L’archéologie entretient des liens étroits et complexes avec diverses autres branches de la science. Par exemple, l’histoire est profondément imbriquée dans l’archéologie car les découvertes archéologiques fournissent des preuves tangibles pertinentes pour les récits historiques. L’anthropologie utilise largement les données archéologiques pour comprendre l’histoire de l’humanité. La géologie joue un rôle crucial dans l’explication de la formation des couches archéologiques et des conditions environnementales du passé. En revanche, la chimie et la biologie sont essentielles dans l’analyse des matériaux et l’étude des restes biologiques.

Cette interaction interdisciplinaire permet à l’archéologie d’offrir une perspective plus complète et enrichit la profondeur de la recherche. Par conséquent, cela contribue à une compréhension plus approfondie des civilisations anciennes et de l’histoire humaine dans son ensemble.

Les sous-disciplines de l’archéologie

L’archéologie compte de nombreuses sous-disciplines qui représentent différents aspects ou domaines spécialisés. Bien que certains de ces domaines ne soient pas directement liés à l’archéologie, ils sont souvent inclus dans cette catégorie en raison de la nature interdisciplinaire de la recherche archéologique.

Les principales sous-disciplines de l’archéologie sont :

Anthracologie

L’anthracologie est un domaine qui se concentre sur l’étude des restes de charbon de bois. Les experts dans ce domaine peuvent obtenir des informations cruciales sur les activités humaines passées en analysant les données obtenues à partir de l’analyse du charbon de bois.

Les analyses anthracologiques sont menées en se basant sur divers facteurs liés au charbon de bois, tels que sa morphologie, la diversité des espèces végétales, les marques de brûlure, la fréquence d’utilisation du bois et la végétation locale. Ces facteurs jouent un rôle crucial dans la compréhension et l’interprétation de la signification historique des restes de charbon de bois, éclairant les comportements et les activités humaines passés.

Archéoacoustique

L’archéoacoustique est un domaine de recherche qui étudie les caractéristiques sonores des agencements spatiaux et des structures ayant survécu du passé. Dans les études d’archéoacoustique, les qualités acoustiques des sites archéologiques tels que les théâtres anciens, les temples et les structures mégalithiques sont examinées. Les analyses basées sur des propriétés sonores telles que la réverbération, l’absorption et la directionnalité nous permettent de comprendre comment les personnes de l’Antiquité percevaient le son et comment l’espace utilisé remplissait ses objectifs prévus.

Ces études indiquent que l’archéoacoustique ne se limite pas seulement à l’esthétique visuelle des structures architecturales et des espaces, mais également à leurs attributs acoustiques, conçus pour répondre à des intentions culturelles, religieuses ou sociétales. Ce domaine éclaire sur la manière dont les éléments acoustiques ont été délibérément intégrés à la construction de ces espaces, soulignant leur importance au-delà du simple design architectural.

Archéoastronomie

L’archéoastronomie est un domaine multidisciplinaire qui étudie la relation entre les structures anciennes et les événements célestes durant l’Antiquité. Les chercheurs dans ce domaine cherchent à comprendre l’intérêt des civilisations anciennes pour les phénomènes astronomiques et les changements saisonniers en examinant leurs observations astronomiques, l’emplacement des structures et les processus de construction.

En archéoastronomie, la position et la conception des structures anciennes sont étudiées par rapport au lever, au coucher ou aux mouvements du soleil, de la lune, des étoiles ou d’autres objets célestes. Ces études fusionnent des données archéologiques et astronomiques pour comprendre les corrélations potentielles entre les agencements architecturaux des structures anciennes et les événements célestes. L’objectif est de déchiffrer la sensibilité des sociétés anciennes aux phénomènes célestes.

Archéobotanique

L’archéobotanique est une sous-discipline qui étudie les pratiques agricoles anciennes, la culture des plantes et les changements dans la croissance des plantes en examinant les restes de plantes trouvés dans les sites archéologiques.

Les études en archéobotanique commencent généralement par l’analyse d’échantillons de sol prélevés sur les sites de fouille. Parmi ces vestiges se trouvent des graines, des pollens, des fragments de bois et des tissus végétaux. Les analyses visent à identifier les espèces de ces vestiges, révélant ainsi des informations sur les plantes que les humains cultivaient, collectaient, utilisaient et échangeaient dans le passé.

Les informations issues des restes de plantes aident également à comprendre l’évolution de l’agriculture, la transition des sociétés humaines vers une vie sédentaire, la signification culturelle et économique des plantes, ainsi que les habitudes alimentaires des sociétés anciennes. Ce domaine joue un rôle crucial dans la compréhension de la relation complexe entre les humains et les plantes tout au long de l’histoire.

Archéogéographie

L’archéogéographie s’efforce de comprendre la distribution spatiale et les interactions environnementales des sociétés anciennes en utilisant des techniques issues de disciplines telles que l’analyse des sols, la géomorphologie, la topographie et les systèmes d’information géographique (SIG).

Les chercheurs dans ce domaine évaluent les éléments géographiques pour comprendre les choix de peuplement humain passés, les pratiques agricoles, l’utilisation des ressources en eau, les routes commerciales et les réactions aux changements environnementaux. Des facteurs tels que l’utilisation des terres, les variations climatiques, les sources d’eau et l’utilisation des ressources naturelles sont considérés comme des éléments significatifs influençant les structures sociales, les activités économiques et les développements culturels des sociétés anciennes.

Archéométallurgie

L’archéométallurgie est une discipline qui se concentre sur les techniques de production, les composants et l’utilisation des matériaux métalliques trouvés sur les sites de fouille. La recherche dans ce domaine vise à comprendre comment les civilisations anciennes travaillaient avec les techniques de production métallique et utilisaient les métaux en examinant les propriétés physiques et chimiques des objets métalliques du passé.

Les études en archéométallurgie impliquent souvent des analyses chimiques d’objets métalliques, la reconstruction des techniques métallurgiques et des recherches expérimentales. Des investigations détaillées sur les matières premières des objets métalliques, leurs alliages, les méthodes de production et les fonctions des artefacts fournissent des informations précieuses pour comprendre les relations économiques, commerciales et culturelles des sociétés anciennes.

Archéométrie

L’archéométrie est une sous-discipline qui examine les technologies, les méthodes commerciales et les pratiques matérielles des civilisations passées à travers des méthodes scientifiques et analytiques appliquées aux vestiges archéologiques.

Les experts en archéométrie peuvent déterminer la composition des matériaux utilisés dans les artefacts anciens en utilisant des méthodes de chimie analytique. Cela est utilisé pour comprendre les composants de pigments dans la céramique, les alliages dans les artefacts métalliques ou les structures des outils en pierre. De plus, des méthodes telles que la datation par le radiocarbone jouent un rôle crucial dans la détermination de l’âge des artefacts ou des vestiges.

Dendrochronologie

Comme on le sait, les arbres forment des cernes de croissance annuels en raison des variations saisonnières et des facteurs environnementaux. Ces cernes reflètent l’âge, le taux de croissance et les conditions environnementales auxquelles l’arbre a été exposé. La dendrochronologie permet de déterminer l’âge des arbres en examinant ces cernes, facilitant la datation des changements climatiques passés et l’analyse des conditions climatiques pour une période spécifique. Ces analyses impliquent généralement le traitement de séries chronologiques dérivées des arbres à l’aide de méthodes statistiques pour créer des enregistrements de données climatiques.

La dendrochronologie est utilisée dans diverses études de datation basées sur l’âge des arbres et la largeur des cernes de croissance.

Épigraphie

L’épigraphie est une discipline qui étudie les inscriptions depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, analysant leur contenu, leur forme et les contextes sociaux, culturels et linguistiques des périodes au cours desquelles elles ont été utilisées.

Épigraphie (sous-disciplines de l'archéologie)
L’inscription de Yotvata exposée au Musée d’Israël

Les inscriptions consistent généralement en des textes gravés ou écrits sur des matériaux tels que la pierre, le métal, des tablettes d’argile ou d’autres surfaces, comprenant souvent à la fois des écrits formels et informels. L’épigraphie mène un examen approfondi des inscriptions d’un point de vue linguistique, historique et culturel, en se concentrant sur les formes d’écriture, les caractéristiques linguistiques et le contenu textuel.

Les experts en épigraphie puisent dans divers domaines tels que la philologie, la linguistique, l’histoire et l’archéologie pour déchiffrer, interpréter et classer les documents historiques. Les études dans ce domaine impliquent souvent la découverte, l’enregistrement, la traduction et l’interprétation des inscriptions. Ces efforts sont déployés pour comprendre la structure politique, religieuse, sociale ou économique d’une période spécifique et révèlent fréquemment le patrimoine culturel des régions où les inscriptions ont été découvertes.

Archéologie médico-légale

L’archéologie médico-légale est un domaine interdisciplinaire qui fusionne les sciences médico-légales et l’archéologie. Il se concentre sur les enquêtes sur les restes humains, les fosses communes, les ossements et autres preuves afin de déterminer les preuves potentielles de crimes tels que les meurtres, les accidents, les crimes de guerre et d’autres infractions.

Les archéologues légistes mènent des recherches scientifiques méticuleuses en utilisant à la fois des techniques médico-légales et des méthodes de fouilles archéologiques. La détermination des causes de décès fait partie des domaines clés dans lesquels ils appliquent leur expertise. L’identification, la documentation, l’analyse et l’interprétation des os, des cadavres et d’autres éléments de preuve constituent les processus fondamentaux de cette discipline.

Numismatique

La numismatique est une discipline qui étudie les pièces de monnaie et les médailles, explorant leur utilisation passée, leur production, leur distribution et leur importance historique. Les chercheurs dans ce domaine tirent des enseignements sur l’histoire politique, économique, sociale et culturelle à partir des dessins, inscriptions, symboles et autres marques présents sur les pièces de monnaie.

La numismatique fournit des informations détaillées sur divers aspects tels que la circulation des pièces, les relations économiques, les politiques monétaires des États et des empires, les routes commerciales, les portraits des dirigeants, les thèmes mythologiques, entre autres. De plus, les propriétés métallurgiques des pièces, les techniques de frappe et les différents métaux utilisés dans le passé sont des points focaux de la recherche numismatique.

Les études en numismatique sont cruciales pour comprendre l’évolution de la monnaie utilisée dans les périodes historiques, les développements techniques dans la frappe de monnaie et l’impact de l’utilisation de la monnaie sur les sociétés. Les experts travaillent souvent en étroite collaboration avec diverses disciplines telles que l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art et l’économie pour déterminer les contextes historiques et les valeurs des pièces de monnaie.

Ostéoarchéologie

L’ostéoarchéologie se concentre sur les restes squelettiques humains et les restes osseux découverts lors d’études archéologiques. Les ostéoarchéologues visent à obtenir diverses informations sur les sociétés et les individus du passé grâce à l’analyse des squelettes humains.

Ostéoarchéologie (sous-disciplines de l'archéologie)
Squelette humain

Les os humains peuvent fournir des informations sur l’âge, le sexe, l’état de santé, les habitudes alimentaires, les niveaux d’activité physique et même le statut social. Les scientifiques cherchent à comprendre les effets des maladies, des blessures, des causes de décès, des modes de vie et des conditions environnementales sur les communautés humaines en examinant les propriétés physiques des os.

Méthodes d’élimination des restes humains

Paléoanthropologie

La paléoanthropologie est un domaine interdisciplinaire qui combine des preuves biologiques et archéologiques pour éclairer l’évolution humaine et le passé préhistorique de nos ancêtres.

Les paléoanthropologues cartographient les ramifications et les changements dans l’évolution humaine en étudiant des preuves telles que les restes fossiles, les squelettes, les dents et les découvertes archéologiques. De plus, ils étudient les changements environnementaux, les conditions climatiques, les habitudes alimentaires et les avancées technologiques pour comprendre les facteurs qui ont influencé à la fois le développement biologique et culturel des êtres humains.

Paleopathology

La paléopathologie vise à expliquer les maladies anciennes, leur progression, leur dissémination et leurs effets au sein des sociétés anciennes grâce à l’analyse des traces pathologiques trouvées dans les restes humains découverts lors de fouilles archéologiques. Des découvertes telles que des lésions, des déformations, des signes d’infection et des indications de cancer dans les os et les restes sont au cœur de la paléopathologie.

Les paléopathologistes recueillent des informations sur les conditions de santé dans les sociétés anciennes en examinant les restes osseux, dentaires et tissulaires. Ces études permettent de corréler les maladies prévalentes à l’époque ancienne avec les conditions de vie, les habitudes alimentaires et les facteurs environnementaux.

Archéologie sous-marine

L’archéologie sous-marine est une branche de l’archéologie qui étudie les vestiges archéologiques submergés sous l’eau, utilisant des méthodologies scientifiques pour comprendre le patrimoine culturel et historique immergé. Les épaves antiques, les établissements sous-marins, les ports, les naufrages et d’autres vestiges archéologiques submergés sont étudiés par les archéologues sous-marins.

Ce domaine implique la préservation, la documentation, la fouille et l’analyse des épaves et des vestiges sous-marins. Les archéologues utilisent des techniques telles que les méthodes de plongée, la cartographie, la documentation photographique et vidéo, les méthodes géophysiques et les analyses matérielles lors de ces processus.

Zooarchéologie


La zooarchéologie étudie les interactions passées entre les humains et les animaux à travers l’étude des os d’animaux, des dents, des coquilles, des tissus mous et d’autres vestiges découverts lors de fouilles archéologiques. Des sujets tels que la chasse humaine, la domestication, les habitudes alimentaires, les méthodes d’utilisation des animaux et les relations sociales avec les animaux constituent des points focaux de la zooarchéologie.

Comme la zooarchéologie exige une approche multidisciplinaire, les zooarchéologues utilisent diverses techniques telles que l’analyse isotopique, la morphologie, l’analyse génétique et des études anatomiques comparatives.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments