Les Créatures les Plus Effrayantes des Mythes Turcs

Les Créatures les Plus Effrayantes des Mythes Turcs

Les Créatures les Plus Effrayantes des Mythes Turcs

Les entités mythologiques et les personnages de contes de fées sont importants en ce qu’ils portent des traces de l’inconscient social de la culture à laquelle ils appartiennent. Les sociétés vivant dans des conditions socioculturelles similaires croyaient souvent en des entités effrayantes similaires. Pour cette raison, des entités similaires sont apparues dans la littérature sous des noms différents dans de nombreuses communautés dont les racines s’étendent jusqu’aux steppes eurasiennes. À la suite de l’interaction culturelle, ceux-ci ont évolué pour devenir les personnages d’horreur populaires d’aujourd’hui tels que les vampires et les loups-garous.

Aldacı Han et le Jour des Esprits

Aldacı Han (vieux turc : 𐰀𐰡𐰀𐰲𐰃 𐰴𐰣) est le nom d’une entité mythologique dans les mythes turcs et altaï. On pense qu’il a été envoyé par le dieu des enfers, Erlik Han. Bien qu’il soit suggéré dans certains textes qu’il est une sorte de dieu de la mort, ce n’est pas vrai.

En bref, Aldacı Han est l’entité qui correspond à l’ange de la mort dans la mythologie turque. Comme on peut s’y attendre, il est chargé de recueillir les âmes de ceux dont l’heure de la mort est venue.

Dans la culture populaire, les anges de la mort sont souvent représentés comme un squelette en robe avec une faux à la main. Cependant, Aldacı Han est dépeint comme un homme fort et bien bâti, vêtu de noir, qui monte un cheval noir.

Dans le passé, pendant 40 jours, les choses ne pouvaient pas sortir de la maison où Aldacı Han est entré.1 Parce qu’on croyait autrefois que les mauvais esprits sous le commandement d’Aldacı Han erraient dans la maison pendant 40 jours. Lorsque cette période était terminée, Üzüt Bayram, également connu sous le nom de Jour des Esprits, était célébré par les proches du défunt.

Voir aussi: Jour des Esprits et Mort dans la Mythologie Turque

Dans certaines régions, la maison était encensée avec des branches de genévrier pour chasser les esprits sous le commandement d’Aldacı Han.2 Aujourd’hui encore, le genévrier est utilisé dans de nombreuses communautés pour la purification spirituelle.

Alkarısı: Elle Mange les Foies des Bébés

Alkarısı (𐰀𐰞𐰴𐰺𐰃𐰽𐰃), également connu sous le nom d’Albis (𐰀𐰞𐰋𐰃𐰾), est le nom d’une femme maléfique ressemblant à une sorcière vêtue de rouge dans la mythologie turque. Elle est généralement décrite comme laide, comme d’autres créatures mythologiques maléfiques, mais on dit parfois qu’elle est obscène et séduisante, comme une succube.

Alkarısı hante toujours les femmes enceintes, les femmes puerpérées ou les enfants.

Voir aussi: Alkarısı: Una Mujer Bruja en la Mitología Turca

La principale source de protéines d’Alkarısı est le foie. C’est le plus grand plaisir pour elle de manger les foies des nouveau-nés. Mais parfois, elle peut aussi prélever le foie de la femme qui accouche.

Demirkıynak

Demirkıynak ou Temirkıynak (𐱅𐰢𐰃𐰼𐰴𐰃𐰖𐰣𐰴) est le nom d’une femme maléfique légendaire. Elle est connue sous le nom de Demirtırnak en Anatolie et de Jeztırnak au Kazakhstan et au Kirghizistan. On croit qu’elle a peur de l’eau. On dit qu’elle est la fille ou la sœur d’un géant légendaire nommé Tepegöz. Elle est représentée comme une créature démoniaque vivant dans la forêt. Ses ongles sont en fer.

Son nom est fréquemment mentionné dans les légendes de Çanakkale et Balıkesir en Anatolie. Il est recommandé de courir jusqu’à la source d’eau la plus proche, comme un lac, une rivière ou la mer, lorsque Demirkıynak est aperçu.

Selon le philologue d’origine azerbaïdjanaise Beydili, Demirkıynak est d’origine chamanique et est apparenté aux filles d’Erlik, le dieu du sous-sol.3

Erbörü et le Peuple İtbarak

Erbörü (𐰀𐰼𐰋𐰇𐰼𐰇) est l’équivalent turc du loup-garou. Il est dérivé du mot « er » signifiant homme et « börü » signifiant loup en vieux turc.

Une autre créature ressemblant à des loups-garous appelée Erbörü est le peuple d’İtbarak. Selon les légendes, İtbarak (𐰃𐱅𐰉𐰺𐰴) est le nom d’un peuple à tête de chien vivant dans les terres sombres de l’Asie du Nord-Ouest. Au-delà de cette région se trouve le royaume d’étranges créatures non humaines.4

Arçura: Un Esprit Forestier

Arçura (𐰀𐰺𐰲𐰆𐰺𐰀) est un esprit de la forêt dans la mythologie turque. Il est également connu sous le nom d’Arçuri, Arçuray et Arsuri.

Arçura est généralement représentée comme une figure anthropomorphe dont le corps est couvert de longs cheveux. À cet égard, il est similaire aux Karakoncolos du folklore anatolien et grec. Hormis le fait qu’il est couvert de poils longs, ses caractéristiques physiques varient d’une région à l’autre. On dit qu’il est aussi haut que les arbres dans certaines régions et aussi court que l’herbe dans d’autres. Ses bras et ses cheveux sont longs jusqu’aux genoux.

Arçura vit généralement dans les forêts et les vallées. Il peut tuer des personnes à qui il veut faire du mal en les chatouillant. Comme beaucoup de créatures maléfiques, il a peur de l’eau.5

Bien qu’Arçura soit souvent qualifié de maléfique, il possède également des qualités positives en termes de protection de la faune et des forêts.

Abra et Yutpa

Abra (𐰀𐰉𐰺𐰀) et Yutpa (𐰖𐰆𐱃𐰯𐰀) sont deux grands monstres souterrains de la mythologie turque et du chamanisme altaïque. Ils sont représentés comme des serpents, des dragons et des crocodiles.6

Abra et Yutpa sont connus comme des monstres avides qui dévorent tout ce qu’ils voient. Peu importe ce qu’ils mangent, ils ne sont pas rassasiés. Tous deux vivent dans la mer souterraine appelée Pay Tengis, près de la rivière appelée Toybadım. Ils gardent le palais noir en fer d’Erlik Han.7

Pay Tengis (𐰯𐰖 𐱅𐰭𐰃𐰾) est le nom d’une grande mer souterraine dans la mythologie turque.

Toybadım (𐱃𐰆𐰖𐰉𐰑𐰃𐰢) est le nom d’une rivière souterraine dans la mythologie turque. Il est fait des larmes des gens.

Certains chamans de l’Altaï ont des accessoires symbolisant Abra et Yutpa dans leurs vêtements.

Le philologue Celal Beydili a déclaré que Yutpa est également connu sous le nom de Ker Yutpa et Ker Balık. Selon les mythes, tous les êtres vivants avalés par Yutpa continuent leur existence dans le royaume sombre à l’intérieur de Yutpa.8

Azmıç: L’Esprit qui Trompe les Gens

Azmıç (𐰀𐰔𐰢𐰃𐰲) est un mauvais esprit qui trompe les gens. Il n’y a pas d’informations précises sur son apparence. Il prend généralement la forme d’une personne familière. Voyager seul n’est pas recommandé pour ne pas se laisser berner par les ruses d’Azmıç.

La variante d’Azmıç au Kirghizistan et en Ouzbékistan est Azıtkı. Azıtkı (𐰀𐰔𐰃𐱃𐰴𐰃) prend la forme de quelqu’un de familier et emmène les gens dans une montagne, une rivière ou une falaise et les tue.

Hortlak: Les Morts-Vivants

Dans la culture folklorique turque, les créatures ressemblant à des zombies qui sont censées sortir de leurs tombes et effrayer les gens sont appelées hortlak. En Azerbaïdjan, ils sont mieux connus sous le nom de hortdan.

Un hortlak (𐰴𐰆𐰺𐱃𐰞𐰴) est une personne qui émerge de la tombe, généralement peu de temps après l’enterrement, avant que le cadavre ne se soit encore transformé en squelette. On dit que ceux qui font le mal dans ce monde et ne méritent pas d’aller au ciel peuvent se transformer en hortlak après l’enterrement.

Un hortlak peut marcher, courir et chevaucher comme une personne ordinaire. À cet égard, ils diffèrent des zombies. Dans certaines régions, on pense qu’ils boivent du sang comme des vampires.

La croyance Hortlak est répandue dans les régions de l’Anatolie orientale et de la mer Noire. À Giresun, les rumeurs sont courantes selon lesquelles un soldat qui s’est rangé du côté des Russes pendant la guerre se transforme en hortlak après sa mort.

Opkan: Il Provoque des Épidémies Psychologiques

Opkan (𐰆𐰯𐰴𐰣) est une variante ou similaire de l’Ubır mentionné ci-dessous. Il vient comme un vent et corrompt l’esprit des gens.9

Les anciens Turcs croyaient qu’Opkan causerait des maladies psychologiques et épidémiques. Certains avaient l’habitude de sacrifier des moutons pour se protéger d’Opkan.

Ubır: Il a Toujours Faim

Ubır (𐰆𐰉𐰃𐰺), également connu sous le nom d’Obur et Vupar, est similaire aux vampires dans la culture populaire. On croyait autrefois qu’une sorcière ou un pécheur qui mourait se transformait en ubır dans la tombe. Par conséquent, s’il s’avère qu’un défunt s’est transformé en ubır, la meilleure façon de le neutraliser est d’ouvrir sa tombe et d’enfoncer des clous dans son cercueil.1

La caractéristique la plus importante d’un ubır est sa faim sans fin. Un ubır a toujours faim et cherche toujours quelque chose à manger. On dit qu’il inhale les nuages dans l’atmosphère pour étancher sa soif et provoque la sécheresse. C’est pourquoi quelqu’un qui ne peut pas prendre de poids bien qu’il mange beaucoup est assimilé à un ubır.

De nombreuses créatures ressemblant à des ubır se trouvent dans les légendes des sociétés des steppes eurasiennes et d’Europe de l’Est.

Ubır est parfois représenté comme une créature à longue queue et volante, et parfois comme un vampire mangeur d’hommes et buveur de sang.10 11

Ubır est mieux connu sous le nom d’Obur dans et autour de Rize et est similaire à hortlak. On dit qu’il était dégoûté des oignons et qu’il disparut au lever du soleil.12

Yelbegen: Un Géant Mangeur d’Hommes

Yelbegen (𐰘𐰠𐰋𐰏𐰤) est un géant à plusieurs têtes de la mythologie turque. Il est également connu sous le nom de Yilbigen et Çelbegen.

Yelbegen est l’une des plus anciennes créatures démoniaques du folklore turc. Il peut manger tout ce qui se présente à lui, y compris la Lune et le Soleil. On croyait autrefois que Yelbegen mange la Lune lors d’une éclipse lunaire et mange le Soleil lors d’une éclipse solaire.

Selon certains vieux contes de fées turcs, Yelbegen mange généralement des serpents et des grenouilles, mais aime aussi la chair humaine.



  1. « Türk Söylence Sözlüğü« , Deniz KARAKURT^^
  2. « Eski Türk Dini Tarihi », Abdülkadir İNAN, ISBN: 9786056600975^
  3. “Türk Mifoloji Sözlüyü”, Celal BEYDİLİ, Azerbaycan Milli Elmler Akademiyası, 5806615537^
  4. « Türk Mitolojisi, Cilt II », Bahaeddin ÖGEL, ISBN: 9789751628497^
  5. « Arçura/Şüräle: Mythical Spirits Of The Volga-Ural Forests », Rustem SULTEE, Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hung. Vol 71, 2018^
  6. « Türk Mitolojisi, Cilt 1 », Bahaeddin ÖGEL, Türk Tarih Kurumu, ISBN 9789751601155^
  7. « Материалы по Шаманству у Алтайцев », А.В. АНОХИН, Рипол Классик, ISBN: 9785458246163^
  8. « Türk Mifoloji Sözlüyü », Celal BEYDİLİ, Azerbaycan Milli Elmler Akademiyası, 5806615537^
  9. « Türk Söylence Sözlüğü », Deniz KARAKURT^
  10. « Türk Kültüründe Hortlak-Cadı İnanışları », Mehmet Berk YALTIRIK, Tarih Okulu Dergisi, Aralık 2013^
  11. « Anadolu, Tatar (Kazan) ve Başkurt Türklerinin Masallarında İnsan Yeme (Yamyamlık) Motifi », Gülhan ATNUR^
  12. « Eski Türk İnançlarının Rize ve Yöresi Halk Kültüründe İzleri », Yaşar KALAFAT, Rize Sempozyumu, 2006^