Les photos des «sorcières mangeuses de carcasses» au Canada sont-elles valides?

Les photos des «sorcières mangeuses de carcasses» au Canada sont-elles valides?

Dans une petite ville de Powell River, en Colombie-Britannique, au Canada, un sinistre incident impliquant de prétendues «sorcières mangeuses de carcasses» a attiré l’attention des habitants et des utilisateurs des médias sociaux du monde entier.

Corinea Stanhope, une infirmière de 36 ans et passionnée de nature, affirme avoir été témoin et documenté un étrange «rituel de consommation de carcasses» impliquant deux individus non identifiés. Les images troublantes, partagées par Stanhope sur les réseaux sociaux, ont déclenché une frénésie de spéculations, certaines suggérant une farce tandis que d’autres plongent dans les domaines du surnaturel.

L’incident particulier s’est déroulé lorsque Stanhope est tombé sur une carcasse de cerf dans son jardin. Intriguée par l’activité potentielle de la faune autour de la carcasse, elle a décidé d’observer le site pour tout signe de créatures. Elle ne s’attendait pas à la scène effrayante qui l’attendait.

Plus tard, après avoir examiné les dossiers avec son grand-père de 76 ans, Bob, Stanhope a été surprise par ce dont elle a été témoin. Les images capturées semblaient montrer deux personnages, ornés de longs cheveux noirs emmêlés, légèrement vêtus. Les personnages semblaient engagés dans une activité mystérieuse, laissant Stanhope à la fois troublé et perplexe.

sorcières mangeuses de carcasses
Photo: Kennedy News & Media

Alors que certains ont émis l’hypothèse que l’incident pourrait n’être rien de plus qu’une farce élaborée, Stanhope garde espoir que les individus recherchaient simplement un frisson ou sous l’influence de substances psychotropes. Son grand-père, Bob, l’a dissuadée d’impliquer les autorités, soulignant qu’aucune activité illégale n’avait techniquement eu lieu.

La publication des photos étranges en ligne a enflammé les médias sociaux, les utilisateurs exprimant une gamme de réactions. Certains ont qualifié l’incident de canular, tandis que d’autres se sont aventurés dans des théories plus fantastiques impliquant des rituels sataniques ou des entités paranormales. Il est important de noter que le terme «sorcières» a été inventé dans les publications sur les réseaux sociaux, mais a depuis attiré l’attention dans les gros titres des médias.

Il n’y a aucune preuve concrète reliant les images à la sorcellerie, au paganisme ou à toute autre pratique occulte. Néanmoins, Fox News et certains médias ont utilisé le terme «sorcière» dans leurs titres.1

sorcières mangeuses de carcasseses
Photo: Kennedy News & Media

Les critiques ont émis des doutes sur l’authenticité des images, notant les angles pratiques qui obscurcissent délibérément l’identité des personnages. L’absence de séquences vidéo a également alimenté le scepticisme, conduisant certains à douter de l’ensemble de l’événement.

Les résidents locaux, hypnotisés par les photographies étranges, ont proposé leurs propres interprétations, allant des sorcières aux mauvais esprits ou aux démons.

Selon les journalistes, il est essentiel d’aborder cette situation avec prudence, compte tenu du peu d’informations disponibles et de l’absence de toute preuve substantielle liant les images à un contexte ou à un système de croyances spécifiques. Bien que les photographies puissent en effet évoquer un sentiment de malaise, il est essentiel de ne pas succomber à des suppositions infondées ou au sensationnalisme.

L’impact du sensationnalisme des médias sociaux

À l’ère des médias sociaux, les histoires sensationnelles ont le pouvoir de capter notre attention et de déclencher de ferventes discussions. L’incident présumé du «rituel de consommation de carcasses» illustre le pouvoir des médias sociaux pour amplifier et perpétuer des récits intrigants. Lorsque les utilisateurs partagent et commentent de telles histoires, elles peuvent rapidement devenir virales et captiver un public bien au-delà de leur portée d’origine.

Selon les psychologues, la fascination humaine pour le surnaturel est profondément ancrée dans notre psyché collective. Tout au long de l’histoire, les histoires de sorcières, de démons et de pratiques occultes ont captivé notre imagination. L’histoire présumée des «sorcières mangeuses de carcasses» a puisé dans cette fascination psychologique, suscitant de fortes réactions émotionnelles et alimentant les discussions sur les réseaux sociaux.

Cependant, il est crucial d’aborder de tels phénomènes avec esprit critique et scepticisme. Le pouvoir de l’imagerie visuelle joue un rôle important dans la formation de nos perceptions et de nos interprétations. Les personnages aux cheveux noirs sur les photographies, représentés comme partiellement déshabillés et engagés dans des actions particulières, ont déclenché une série de réactions. Pourtant, il est essentiel de se demander si ces images représentent vraiment des sorcières ou sont simplement le produit de spéculations créatives et d’interprétations erronées.

Le sensationnalisme entourant l’incident présumé du «rituel de la consommation de carcasses» a soulevé des préoccupations d’appropriation culturelle et de fausse représentation. Le terme «sorcières» est apparu dans les publications sur les réseaux sociaux, mais a rapidement fait la une des médias, conduisant à des hypothèses et à des stéréotypes qui perpétuent des idées fausses sur la sorcellerie, le paganisme et d’autres pratiques occultes. Les critiques disent qu’il est essentiel de reconnaître le préjudice potentiel causé par les représentations médiatiques à sensation qui ne tiennent pas compte de la signification culturelle et religieuse de ces pratiques.

L’appropriation culturelle se produit lorsque des éléments d’une culture sont empruntés ou imités sans une compréhension ou un respect appropriés. Dans ce contexte, l’association hâtive des personnages des photographies avec des sorcières reflète une forme potentielle d’appropriation culturelle.

  1. Fox News by Jon Brown, foxnews.com, Published June 6, 2023^
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments