Une nouvelle étude révèle que les loups gris possèdent la capacité de discrimination vocale

Une nouvelle étude révèle que les loups gris possèdent la capacité de discrimination vocale

L’étude publiée dans Animal Cognition la semaine dernière révèle que les loups gris (Canis lupus) possèdent la capacité de discrimination vocale, tout comme nos plus proches compagnons, les chiens.1

Dans une étude remarquable qui jette un nouvel éclairage sur les capacités cognitives des animaux, des chercheurs ont trouvé des preuves que les loups possèdent la capacité de différencier les voix humaines familières et inconnues. Cette capacité, précédemment observée chez les chiens domestiques, leurs plus proches parents, indique que le talent des chiens à reconnaître la voix de leurs propriétaires n’est peut-être pas uniquement le résultat de la domestication.

Selon les éthologues, les résultats remettent en question notre compréhension de la communication interspécifique et donnent un aperçu des origines évolutives des capacités de reconnaissance vocale. Alors, comment les chercheurs ont-ils déterminé si les loups pouvaient différencier les voix humaines familières et inconnues ?

L’étude, menée par une équipe de chercheurs utilisant le paradigme de l’habituation-déshabituation, a impliqué des loups captifs et des enregistrements de lecture des voix de leurs gardiens ainsi que des voix d’étrangers. Ces enregistrements comportaient à la fois des phrases familières et inconnues. En mesurant la durée de la réponse des loups, les chercheurs ont pu déterminer si les loups pouvaient différencier les voix d’individus familiers et inconnus.

Les résultats de l’étude étaient à la fois fascinants et significatifs. Les loups ont affiché une durée de réponse significativement plus longue lorsqu’ils étaient exposés aux voix de leurs gardiens par rapport aux voix inconnues. Cela suggère que les loups possèdent la capacité de différencier les voix humaines familières et inconnues, comme les chiens. Les résultats impliquent que cette compétence existait probablement chez leur ancêtre commun et peut être une capacité générale chez les vertébrés à reconnaître les individus de différentes espèces.

Mais qu’est-ce que cela signifie pour les interactions sociales entre les loups ?

Reconnaître des voix familières peut avoir offert des avantages aux loups ancestraux dans diverses interactions sociales, telles que la coopération et les stratégies de chasse. Les loups sont des animaux très sociaux qui vivent dans des unités familiales très unies appelées meutes. Une communication efficace est cruciale pour coordonner les activités au sein de la meute, qu’il s’agisse de chasser ensemble ou de défendre un territoire. La capacité de différencier les voix humaines familières et inconnues aurait pu faciliter une telle communication, permettant une coopération plus efficace et améliorant potentiellement la survie globale de la meute.

Les résultats de l’étude mettent en lumière les origines évolutives de la capacité de discrimination vocale

Les implications de l’étude s’étendent au-delà des loups et des chiens. Le fait que les loups captifs, malgré leur distinction des chiens domestiques, présentent une discrimination vocale familière suggère que cette capacité peut être plus répandue chez les vertébrés qu’on ne le pensait auparavant. Cela soulève une question passionnante : d’autres espèces animales sauvages pourraient-elles également posséder la capacité de différencier les voix humaines familières et inconnues ?

Compte tenu des origines évolutives des capacités de reconnaissance vocale, il est intéressant de spéculer sur les pressions sélectives qui auraient pu influencer cette compétence. Par exemple, les loups ancestraux qui pouvaient distinguer les voix humaines familières avaient-ils une plus grande chance de survie et de succès reproducteur ?

La coopération et une communication efficace sont cruciales dans la nature, et être capable de reconnaître des individus de différentes espèces, comme les humains, aurait pu faciliter ces aspects vitaux de l’interaction sociale.

Approfondissons le sujet ! Alors que les loups et les chiens partagent un ancêtre commun, leurs chemins ont divergé à travers la domestication. Cependant, cette étude suggère que la capacité à reconnaître des voix humaines familières est probablement antérieure au processus de domestication.

Les chiens, grâce à leur association de longue date avec les humains, ont peut-être conservé et affiné cette capacité au cours de milliers d’années de pressions sélectives et de liens sociaux étroits. L’interaction complexe entre la génétique, le comportement et les facteurs environnementaux dans la formation de ce trait cognitif appelle une exploration plus approfondie.

Comprendre les capacités cognitives des animaux a des implications importantes pour leur bien-être et leur gestion, en particulier en captivité. La découverte que les loups captifs peuvent faire la distinction entre les voix humaines familières et inconnues implique que la fourniture de voix familières en captivité pourrait avoir un impact positif sur leur bien-être.

Les animaux en captivité vivent souvent du stress et de l’isolement en raison du manque de stimuli sociaux et environnementaux qu’ils rencontreraient dans la nature. En incorporant des voix familières dans leur environnement, les gardiens pourraient potentiellement atténuer certains des effets négatifs de la captivité, en procurant un sentiment de familiarité et en réduisant les niveaux de stress.

Cela soulève une autre question intrigante : l’utilisation de voix familières pourrait-elle avoir des effets positifs similaires sur d’autres espèces captives ?

Explorer l’impact des voix familières sur diverses espèces captives pourrait ouvrir de nouvelles possibilités pour améliorer leur bien-être. Par exemple, la recherche a montré que certaines espèces, telles que les oiseaux et les primates, peuvent également reconnaître des individus familiers. Si ces animaux présentent des réponses similaires à des voix familières comme le font les loups, cela pourrait indiquer que fournir des signaux auditifs d’individus familiers pourrait améliorer leur environnement captif et contribuer à leur bien-être général.

De plus, les résultats de l’étude sur la capacité des loups à différencier les voix humaines familières et inconnues incitent à une enquête plus approfondie sur les mécanismes sous-jacents impliqués. Quels indices spécifiques les loups utilisent-ils pour distinguer les voix ? Est-ce la hauteur, le rythme ou d’autres caractéristiques acoustiques ? Comprendre les facteurs précis sur lesquels les loups s’appuient pour reconnaître des voix familières pourrait approfondir notre compréhension des processus cognitifs impliqués dans la reconnaissance vocale chez les animaux.

De plus, l’étude de la discrimination vocale chez différentes espèces d’animaux sauvages pourrait fournir des informations intéressantes dans le domaine de la communication animale.

Alors que de nombreuses recherches se sont concentrées sur les vocalisations au sein des espèces, telles que le chant des oiseaux ou les vocalisations des primates, l’exploration de la façon dont les animaux perçoivent et différencient les voix humaines ajoute une dimension unique à notre compréhension de la communication interspécifique. L’étude des capacités de reconnaissance vocale de diverses espèces pourrait offrir des indices sur les origines évolutives de cette compétence cognitive et faire la lumière sur le potentiel de communication inter-espèces.

  1. Gammino, B., Palacios, V., Root-Gutteridge, H. et al. « Grey wolves (Canis lupus) discriminate…human voices » Animal Cognition, June 20, 2023^
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments