Le genévrier dans la mythologie et les croyances populaires

Le genévrier dans la mythologie et les croyances populaires

Le genévrier, un conifère du genre Juniperus, est une espèce qui peut s’adapter à de nombreux climats. Par conséquent, il est possible de trouver certaines pratiques, mythes et croyances populaires sur le genévrier dans de nombreuses sociétés.

Caractéristiques physiques du genévrier

Le genévrier, qui se distingue facilement de ses homologues en regardant ses fruits et ses feuilles, fait partie de la famille des Cupressaceae, avec des arbres comme le cyprès, le thuya et le séquoia. Selon les informations actuelles, on pense que le genre Juniperus comprend au moins 70 espèces de genévriers.1

De nombreuses espèces de genévriers se sont répandues dans toute la Sibérie, les hautes régions de l’Asie intérieure, le plateau tibétain, le Caucase, l’Anatolie, l’Europe et l’Amérique du Nord, en raison de son adaptabilité aux différents climats. Ses fruits sont généralement bleu foncé, bien que chez certaines espèces, ils soient brunâtres ou rougeâtres. Son tronc a tendance à être de couleur plus claire dans les climats rigoureux. Le fait qu’il puisse être cultivé facilement même dans des terres montagneuses et accidentées a accru l’importance du genévrier pour les personnes vivant à haute altitude.

Le genévrier dans la mythologie et les croyances populaires
Genévrier

Usages du Genévrier dans la Préhistoire et l’Antiquité

On sait que le genévrier est utilisé depuis longtemps par les humains. Çatalhöyük, l’une des civilisations anatoliennes du néolithique, contient la plus ancienne preuve de l’utilisation du genévrier comme matériau de construction.

À Çatalhöyük, où vivent plus de 8000 personnes, les résidences étaient entrées par les ouvertures sur les toits. Ces ouvertures permettaient également d’évacuer la fumée des lampes à huile et des poêles brûlés dans la maison. Pour maintenir le toit debout, des poteaux de genévrier ont été utilisés.

On pense que le poteau de genévrier s’élevant du sol de la maison a reçu une signification sacrée ou surnaturelle, compte tenu des tombes sur le sol.

À Çatalhöyük, les morts étaient enterrés sur le sol de la maison. Le nombre de squelettes retirés des sols des maisons est compris entre 8 et 30 par ménage. On pense que les cadavres ont d’abord été gardés à l’air libre, et après s’être transformés en squelettes, ils ont été enterrés dans le sol.2

Des interprétations sacrées du genévrier se retrouvent dans les civilisations anatoliennes ultérieures.

Genévrier dans l’Egypte ancienne

Dans l’Égypte ancienne, l’huile aromatique des baies de genévrier était utilisée lors de la momification et pour l’onction du corps. Lors des fouilles dans la tombe du pharaon Toutankhamon, de nombreuses baies de genévrier ont été trouvées.3

L’utilisation médicinale du genévrier dans l’Egypte ancienne remonte au 16ème siècle avant JC. Dans l’Égypte ancienne, où de nombreuses plantes médicinales étaient consommées, les baies de genévrier étaient utilisées dans la momification et dans le traitement des ténias.

Le genévrier dans la Grèce antique et la Rome antique

Dans la Grèce antique, on croyait que les baies de genévrier avaient un effet rafraîchissant et améliorant l’endurance physique. Par conséquent, le genévrier était utilisé avant les activités sportives et pendant les Jeux olympiques.4

Le genévrier dans la mythologie et les croyances populaires
Cônes de genévrier

Les baies de genévrier sont en fait les cônes charnus du genévrier.

Les Romains utilisaient la baie de genévrier contre les morsures de serpent et les maux d’estomac.

Mythes et croyances populaires sur le genévrier

Comme indiqué dans le premier paragraphe, diverses pratiques et croyances populaires concernant le genévrier et la baie de genévrier ont émergé dans de nombreuses communautés au fil du temps. La plus courante d’entre elles est sans aucun doute la croyance selon laquelle l’encens au genévrier éloigne le mal.

Mythologie turque et chamanisme sibérien

Le genévrier était considéré comme au moins aussi sacré et purificateur que le feu dans les communautés d’origine turque se répandant dans les steppes eurasiennes et les groupes chamaniques vivant en Sibérie. En fait, on prenait soin de ne pas parler fort, de ne pas penser de mauvaises choses ou de ne pas se disputer avec quelqu’un près des genévriers. Le genévrier était sacré pour de nombreux Turcs.

Selon le professeur Figen Güner Dilek, c’était une pratique courante pour les Turcs altaïques de disperser des boissons sacrificielles pour les esprits de la nature, d’attacher un morceau de tissu à des hêtres ou des genévriers et de prier pour que le voyage se passe bien.5

Le fait que les gens dans de nombreuses régions d’Anatolie montent aujourd’hui sur les hauteurs pour faire des vœux et attacher des morceaux de tissu (çaput) aux genévriers montre que les croyances populaires sur le genévrier continuent leur influence même après des milliers d’années.

Chez les Turcs altaïques et les Turcs sibériens, l’encens de genévrier était utilisé pour purifier et éloigner les créatures maléfiques. Les Turcs tengristes croyaient que les maladies étaient causées par des esprits maléfiques. Pour cette raison, l’encens de genévrier pouvait être utilisé pour le traitement des maladies dans le passé.

L’encens de genévrier était utilisé non seulement chez les Turcs mais aussi dans de nombreuses communautés pour purifier et expulser la malchance. Le folkloriste américain Jeremiah Curtin a écrit que les chamans sibériens fumaient des animaux avec du genévrier avant de sacrifier.6 De même, on sait que certains chamans fumaient leurs tambours avec du genévrier.7

Folklore européen

En Europe, le genévrier est utilisé depuis des milliers d’années à la fois à des fins médicinales, de purification et de protection contre les maux. C’était une tradition courante d’utiliser l’encens de genévrier pour la purification, en particulier dans les communautés celtiques et du Nord. Dans le passé, les communautés scandinaves pouvaient également utiliser l’encens de genévrier dans leurs rituels pour communiquer avec les esprits ancestraux.

La croyance selon laquelle l’encens de genévrier guérit était répandue dans toute l’Europe. En Écosse, le genévrier était brûlé à la fois pour empêcher les animaux de tomber malades et pour éloigner le mauvais œil.8 Jean De Bourgogne, Duc de Bourgogne, recommanda au public de brûler des branches de genévrier et d’en respirer la fumée afin de ne pas attraper la peste lors de la Grande Épidémie de Peste.

Une autre coutume consistait à accrocher du genévrier à la porte pour protéger la maison du mal.9 Certains Italiens protégeaient leurs maisons en suspendant du genévrier à des endroits tels que les portes et les fenêtres où les mauvais esprits pouvaient entrer dans la maison, ou en encensant ces endroits avec du genévrier.

La branche de genévrier sur la porte était censée, dans certaines régions, dissuader les sorcières. Selon Margaret Baker, on croyait qu’une sorcière qui voulait entrer dans la maison se sentirait obligée de compter toutes les feuilles de la branche de genévrier accrochée à la porte. Cependant, comme la sorcière n’était jamais sûre de compter correctement, elle devait recompter tout le temps. Alors la sorcière refusait d’entrer dans la maison.10



  1. « A comparative analysis between SNPs and SSRs to investigate genetic variation in a juniper species (Juniperus phoenicea ssp. turbinata)« , Cristina GARCÍA, Erwan GUICHOUX & Arndt HAMPE, Tree Genetics & Genomes, Volume 14, Article number: 87, 2018^
  2. « Anadolu Neolitik Çağ Uygarlığı », Nazmiye MUTLUAY, Alter Yayıncılık, ISBN: 9786055465551^
  3. « Sacred Luxuries: Fragrance, Aromatherapy, and Cosmetics in Ancient Egypt », Lise MANNICHE, Cornell University Press, ISBN: ‎9780801437205^
  4. Mohamed, W.A., Mansour, M.M.A., Salem, M.Z.M. et al. « X-ray computed tomography (CT) and ESEM-EDS investigations of unusual subfossilized juniper cones » Sci Rep 11, 22308, Year: 2021^
  5. « Altay Türklerinde Yolculuk İle İlgili İnanışlar ve Ritüeller », Figen Güner Dilek, Cyprus International University, Folklor/Edebiyat, Cilt: 21, Sayı: 84, 2015/4^
  6. « A Journey in Southern Siberia », Jeremiah CURTIN, CreateSpace, ISBN: 9781511673129^
  7. “Tarihte Ve Bugün Şamanizm”, Abdülkadir İNAN, Altınordu Yayınları, ISBN: 6057702357^
  8. « The Treadwell’s Book of Plant Magic », Christina Oakley HARRINGTON, Weiser Books, ISBN: 9781578638017^
  9. « The Complete Language of Flowers: A Definitive and Illustrated History », S. Theresa DIETZ, Wellfleet Press, ISBN: 9781577151906^
  10. « Discovering The Folklore of Plants », Margaret BAKER, Shire Publications, ISBN: 9780747801788^
La connaissance se multiplie lorsqu'elle est partagée: